Guerre économique: la réplique chinoise

Les organisations ont attendu lundi avec impatience de voir comment l’Extrême-Orient réagirait contre l’escalade du leader Donald Trump d’une innovation dépassant largement l’innovation technologique, ainsi que l’achat et la vente, qui menaçait d’interrompre la récupération monétaire par l’Orient. Les régulateurs en danger « contre-mesures nécessaires » pour les tarifs de Trump augmente vendredi sur 200 milliards de dollars des importations en provenance de Chine. Mais 72 heures plus tard, alors que les frais et les pénalités étaient immédiatement appliqués, Pékin devait déclarer ce qu’il pouvait faire. Pékin est à court d’importations en termes de droits et de pénalités en raison de l’équilibre déséquilibré entre les États-Unis et l’Asie en matière d’achat et de vente. Les régulateurs ont commencé par se concentrer sur les entreprises des États-Unis en Asie en réduisant le dédouanement des expéditions et la délivrance de licences commerciales. Les officiers semblaient comprendre l’impact possible sur le climat économique de la Chine juste avant de choisir les méthodes suivantes, a déclaré Jake Parker, vice-président de la United States Business Autorities, un groupe de niche. Il a expliqué que les autorités pourraient éventuellement craindre que les entreprises chirurgicales délogent les procédures chirurgicales de l’Asie en réponse à des « activités de représailles agressives ». « Je pense que le gouvernement chinois prend des mesures assez élevées juste avant que les représailles ne soient payées », a déclaré Parker. Les discours les plus récents se sont terminés vendredi sans qu’aucune phrase d’avancement ne se soit produite après que Washington ait accusé Pékin de tenter de revenir en arrière sur ses obligations antérieures. L’envoyé en chef de l’Oriental, le vice-Premier ministre Liu He, a déclaré à Express Television que les problèmes restaient inchangés quant aux concepts et « nous ne pouvons certainement pas faire de concessions sur des questions de principe ». Trump a commencé à augmenter les tarifs en juillet dernier autour des griefs volés ou stressés par les fournisseurs chinois organisations pratiques autour de la technologie moderne. Washington voudrait que Pékin revienne sur ses stratégies en matière de robotique et de création d’autres technologies que les passionnés de négoce considèrent comme des violations de ses accords d’industrie totalement libre. Les États-Unis ont insisté pour utiliser un processus d’application de la loi assorti de pénalités pour garantir que Beijing honorerait ses engagements. Les experts économiques disent que les dirigeants orientaux pourraient refuser que ce soit une violation de la souveraineté de la Chine. La grande surprise de Trump, le 5 mai, indique peut-être que la déclaration tarifaire a permis de rétablir le stress et l’inquiétude des marchés boursiers face au progrès économique mondial. Lundi, l’indice de référence du marché boursier chinois a reculé de 1% et le principal indice de Tokyo, -6,6%. Les marchés de la Corée du Sud et du Sud-Est de l’Asie ont également diminué. L’augmentation de vendredi a porté les responsabilités américaines sur 200 milliards de dollars d’articles de la Chine à 25% contre 10%. Les importateurs de 50 milliards de dollars de marchandises asiatiques payaient déjà 25%. Pékin a coordonné les droits de douane de 25% de Trump sur des envois de 50 milliards de dollars américains. Elle a imposé 10% des dépenses sur 60 milliards de dollars d’importations, mais n’a pas affecté les autres biens, ce qui est peut-être un problème pour les entreprises asiatiques qui dépendent de la technologie et des facteurs modernes américains.

Derrière le manche

Avant-hier, par une belle journée. Légèrement fébrile, j’approche l’avion, talonné par mon pilote-instructeur, Yan, mon pilote-instructeur. Je m’apprête à passer mon premier vol d’initiation. L’avion, un Piper-PA Warrior III, nous attend tranquillement devant les hangars de l’aéroclub. Nous en faisons consciencieusement le tour afin d’en vérifier l’état avant d’embarquer. Les divers instruments (anémomètre, anémomètre, baromètre…) sont difficiles à prendre en main. Mais Vincent me rassure devant mon air déconfit: je ne devrai pas tout maîtriser. Nous nous installons avant de prendre contact avec la tour de contrôle qui autorise le roulage afin de rallier la fin de la piste. Le moment tant espéré est venu. Mains sur les commandes, les pieds sur le palonnier, et je demande à la tour de contrôle l’autorisation de décoller. J’ai la sensation d’être dans un film. Dès que la tour a donné son autorisation, je mets les gaz et l’appareil se met à avancer sur la piste à 100 km/h. Steve, aussi placide que Droopy, me laisse opérer, prêt à me venir en aide si je commets une erreur. Je tire délicatement sur le manche et je sens l’avion quitter la terre ferme. Décollage réussi ! Mais ce n’est pas encore le moment de s’extasier : le vent se met à bousculer l’appareil. Heureusement, ce dernier est très docile, et il est possible de corriger sa trajectoire avec le manche. Au programme : prendre de l’altitude pour exécuter quelques virages avant de rentrer au bercail. Le Piper se pilote avec une facilité hallucinante : même un simulateur de vol est plus compliqué. En réalité, comme le dit Roland, la majorité des cadrans sont inutiles : il suffit juste de regarder la ligne d’horizon par le pare-brise. Malheureusement, trente minutes, ça passe vite, et j’ai à peine le temps d’exécuter quelques virages qu’il est temps de rentrer à l’aéroclub. Lorsque vient le moment d’atterrir, Nat reprend les commandes. Et tant mieux, car c’est sans doute le moment le plus impressionnant du vol. Quelques minutes plus tard, nous voilà de retour sur le parking de l’aérodrome sans une égratignure. Voilà pour cette agréable petite expérience. Ce qui m’a le plus frappé au cours de ce baptême de l’air, c’est la facilité avec laquelle ces petits avions se pilotent : même une voiture est plus compliquée à piloter. D’ailleurs, l’on peut avoir sa licence de pilote avant de savoir conduire.Pour en savoir plus, allez sur le site spécialiste de pilotage avion à Aix en Provence.

Le spectre de 1968

Le 1er mai, fête traditionnelle du 1er mai, a été particulièrement fêté en France cette année. Il marque le 50e anniversaire des soulèvements d’étudiants et d’ouvriers de mai 1968 qui ont bouleversé la France, transformant le pays et le monde. Ce fut un moment dramatique et romantique qui a façonné toute une génération.  Pas la génération du président Emmanuel Macron. Le premier chef d’État français à avoir atteint l’âge de 90 ans, pas les années 60, n’a pas passé les vacances à faire des discours sur la Rive Gauche, épicentre des manifestations étudiantes françaises. Au lieu de cela, il a sauté dans un avion à l’autre bout du monde, en direction de l’Australie, laissant derrière lui un pays frémissant de conflits de travail.  Mijoter, mais pas tout à fait bouillante. Oui, des groupes d’agitateurs gauchistes en désarroi ont lancé mardi des cocktails Molotov lors de certaines manifestations ici à Paris, fournissant des images télégéniques qui déforment l’image globale. Oui, les cheminots ont appelé des grèves tournantes – deux jours de grève tous les trois jours en juin – pour rendre les voyageurs affolants. Les grèves doivent protester contre le désir de Macron de mettre fin à la retraite anticipée de certains cheminots et d’employer à vie de nouveaux employés dans des chemins de fer – des changements qui, selon les opposants de Macron, ouvriront la porte à la privatisation du chemin de fer national. Les pilotes d’Air France ont appelé à des grèves intermittentes, réclamant une augmentation de salaire de 6%. Des étudiants occupent des universités, protestant contre des modifications visant à rendre le système chaotique d’admission à l’université français plus sélectif et ont été expulsés par la police anti-émeute. Les travailleurs de nombreux autres secteurs sont mécontents. Mais le mouvement syndical n’est pas aussi fort qu’il était dans le passé. Les sept principaux syndicats n’ont pas réussi à former un front uni lors des manifestations annuelles organisées le 1er mai. Moins de travailleurs ont été en grève. Un sondage récent a révélé que seulement quatre Français sur dix étaient solidaires de la grève des chemins de fer.   Depuis la campagne électorale de l’année dernière, Macron a cherché à modifier l’équilibre des pouvoirs en France, ou du moins la perception de cet équilibre. Il s’est jeté comme révolutionnaire, et le travail organisé en tant que revanchistes accrochés à une vision du passé qui, selon lui, freine le pays. Mais les syndicats et les intellectuels de gauche français qui trouvent Macron motivé par le marché, froid et impérieux, se font entendre dans leur critique. C’est une lutte idéologique autant que pratique et elle révèle des visions contradictoires de la France et de son économie. C’est aussi une lutte entre les modèles de travail du passé et du futur, et Macron est l’arbitre.   Le matin du 1er mai, à la télévision nationale, Philippe Martinez, dirigeant du syndicat de la CGT vêtu de moustaches à la vieille école, a décrié l’arrogance de Macron dans son traitement des travailleurs français. Macron fait le tour du monde, il se rend aux États-Unis et en Australie, mais le président doit « comprendre la réalité » des citoyens français, a déclaré Martinez. C’est ce «clivage» inquiétant, at-il ajouté.   Martinez est un ancien travailleur de Renault qui dirige depuis 2015 la CGT, un syndicat qui entretient des liens historiques avec le parti communiste français. rencontré en janvier, avec d’autres journalistes de l’association anglo-américaine de la presse parisienne, il concéda beaucoup de points à Macron. Il a dit qu’il n’était pas d’accord avec le président sur de nombreux points, mais qu’il le respectait comme un homme de parole qui a déclaré qu’il apporterait certains changements et qu’il le faisait, même si Martinez lui-même n’était pas aussi enthousiaste. « Macron a fait campagne pour relancer l’économie française », a-t-il déclaré à l’époque.   Alors pourquoi les grèves? Martinez a été interrogé à la télévision mardi. Pour protester contre la politique sociale du gouvernement Macron, y compris ce qu’il a appelé le «dumping social» ou l’embauche de travailleurs à bas salaires par les entreprises, a déclaré Martinez. Il peut y avoir d’autres facteurs. Martinez se bat pour être réélu au sein du syndicat. La CGT perd des membres. Environ 11% seulement des travailleurs français sont syndiqués, bien que toute personne employée en France, qu’elle soit syndiquée ou non, bénéficie de protections qui vont bien au-delà du modèle américain de l’emploi volontaire, ainsi que de la santé nationale fonctionnelle, même si elle est contrainte. se soucier, et éducation publique universelle de la pré-maternelle au doctorat.

La fin de la guerre froide

Le président Trump a déclaré le You.S. se retirera d’un traité avec la Russie daté de plusieurs générations et qui a anéanti une catégorie d’outils nucléaires, voyage affaires après avoir accusé la fédération de Russie de violer le traité. « Nous sommes ceux qui sont restés dans l’accord et nous avons respecté l’accord, mais la Russie n’a malheureusement pas respecté l’accord », a déclaré Trump à la presse au Nevada, « nous allons donc mettre fin à l’accord, nous sommes va se retirer.  » Selon le département d’Etat, signé en 1987 par le président Reagan et le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire interdisait aux Etats-Unis et à l’Union soviétique de disposer de « missiles balistiques et de croisières lancés au sol, d’une portée de 500 à 5 500 km ». « et a exigé la destruction des missiles », ainsi que du soutien et des équipements de soutien associés aux lanceurs, « . La société a affirmé que les deux endroits avaient éradiqué 2692 missiles juste après « l’entrée au pouvoir » du traité en 1988. Pendant de nombreuses années, les représentants américains ont accusé la Fédération de Russie d’avoir violé l’accord. Le Standard Paul Selva, vice-président de vos Joint Chiefs, a informé le Congrès en mars 2017 que les autorités militaires « croyaient que les Russes avaient utilisé un missile de croisière de luxe basé sur le terrain qui violait l’esprit et l’intention » de votre traité. La direction d’Obama a déclaré que la Russie avait violé le traité INF en 2014 en évaluant un missile de croisière de vacances libéré au sol. Mais l’administration Obama « a choisi de ne pas laisser l’accord à cause des objections des Européens – en particulier de l’Allemagne – et par crainte d’une reprise de la course aux armements », a noté le New York Times. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a déclaré à l’agence de presse Tass, affirmant que le retrait du traité serait « une étape très dangereuse, qui, j’en suis sûr, ne sera pas seulement comprise par la communauté internationale, mais suscitera une condamnation sérieuse de tous les membres de la communauté mondiale, attachés à la sécurité et à la stabilité et prêts à œuvrer au renforcement des régimes actuels de maîtrise des armements.  » Dans les années 1960, le You.S. a obtenu plus de 30 000 ogives nucléaires, dont environ 22 000 en 1989, soit environ 4 480 outils nucléaires – dont 1 740 sont déployés, a déclaré Philip Ewing de NPR. La fin du traité INF « pourrait sonner le désastre » pour le nouveau traité, comme l’a souligné David Welna, de NPR, à propos du grand accord de réduction des mains avec la fédération de Russie, conclu en 2010. New Commence intègre une restriction à 1 550 têtes nucléaires sur missiles balistiques intercontinentaux déployés pour chaque terre. Le consultant national en matière de protection de Trump, John Bolton, se rendra à Moscou cette semaine et aurait expliqué au dirigeant russe Vladimir Poutine que cette expérience You.S. offre de quitter le traité.

Consultez notre page d’accueil pour en savoir plus sur sexy girl.